RETOUR MENU

HISTORIQUE DU DOMAINE 

PAGE SUIVANTE

La viticulture est étroitement liée à l'histoire de Guebwiller, et ceci dès ses origines les plus lointaines. Dès l'époque de l'ère romaine, une villa Gallo-Romaine aurait existé dans les côteaux du Searing et l'origine du vignoble remonterait à cet époque et peut-être à cet endroit. Les techniques de culture et de plantation des Romains, associées au savoir-faire des Gaulois avait pour but l'approvisionnement en vin des garnisons de la vallée du Rhin.

Au XIème siècle, un religieux de l'Abbaye de Murbach écrivait, faisant allusion à notre Florival et au vin : "... de fertiles côteaux, étalant leurs flancs couverts de pampres, forment là une vallée fleurie, comme un autre paradis où le sang de Bacchus coule à flot. ". L'Abbaye de Murbach a fortement contribué au développement de la viticulture dans notre vallée jusqu'à la Révolution . Les deux versants de la vallée étaient alors couverts de vigne!

En l'an de grâce 1697, Louis XIV confirma dans une ordonnance que les armoiries de la ville de Guebwiller porteraient : "D'argent à un bonnet d'Albanais de gueules retroussé d'azur". Le langage héraldique désigne ainsi ce singulier bonnet dit "Judenhut", mis à part que le chapeau juif était jaune! Compte-tenu de l'ancienneté de cette représentation, il n'y a nul doute : ce n'est pas le bonnet des Jacobins pendant la Révolution, le fameux bonnet Phrygien. Mais qu'est alors ? Charles Braun nous rappelle que l'on confondait jadis les lettres J et G. Ainsi, s'agirait-il de "Gudenhut", "hut" prenant la signification de chapeau ou de protection. Dans la mythologie germanique, les montagnes étaient consacrées au dieu Guodan ou Odin. Odin n'est-il pas à l'origine du Val Fleuri, lorsque blessé au pied, le sang se répandit et que chaque goutte donna naissance à une fleur? "Gudenhut"... le chapeau d'Odin! Le Dieu était coiffé d'un chapeau de même couleur, comme celui des Elfes, "alben" dans la langue germanique! Le chapeau des Elfes, l'"albenhut", de là la confusion avec les Albanais... Dans les contes de Grimm, le chapeau des Elfes s'appelait le"uddehat". Les légendes sont belles, mais finalement, ce chapeau ne serait-il pas une déformation de la serpette qu'utilisaient les vignerons et dont il semble exister des réprésentations sur de très anciennes pierres bornes ?

NICOLAS SCHLUMBERGER

En 1540, Klaus Schlumberger, descendant d'une illustre famille dont les origines attestées remontent à 1410, est déjà désigné comme propiétaire de vignes à Guebwiller dans les côteaux du Schimberg.

 

Après la Révolution, les terres furent distribuées aux habitants de la ville, ainsi fut morcellé le vignoble. En 1810, Nicolas Schlumberger , industriel guebwillerois décida de racheter des percelles de vigne pour constituer son vignoble et agrandit ses caves pour y entrer la récolte de ses 20 hectares ainsi constitués! Produisant plus que sa consommation personnelle ne nécessitait, il décida de commercer avec les tavernes locales et des environs. Ce sont les premières traces de l'activité commerciale des Domaines Schlumberger!

A la fin du XIXème siècle, le Domaine représentait 40 hectares, acquis par trois générations successives. Mais entre 1907 et 1910, le phylloxéra fit des ravages... Ernest Schlumberger, arrière-petit-fils de Nicolas, entreprit courageusement de reconstituer le vignoble initial de 40 hectares.

 

La première guerre mondiale laissa un vignoble à l'abandon. Ernest entrepris alors d'acquérir plus de 2500 parcelles pour les réunir en un vaste Domaine d'environ 135 hectares. 50 kilomètres de murs seront construits ou restaurés, 800kilomètres de rangs de vigne furent plantés, en culture horizontales, sur terrasses avec des pentes entre 35 et 50°. Cette inovation permit l'usage des chevaux à la place du binage des hommes.

Après Ernest , ce fut son petit-fils Eric Beydon-Schlumberger qui prit en charge le vignoble, dans la pure tradition familiale. Fin 2001, il passait le flambeau à son frère Alain, et déjà se prépare la relève avec Séverine, la fille d'Eric qui, avec enthousiasme, aux côtés de son oncle, représente le prochain maillon de cette grande chaîne familiale.